Légumes anciens et oubliés

Savez-vous qu’il existe des variétés de tomates toutes sèches et creuses, cultivées spécialement pour être fourrées ? Que les anciennes pommes blanches sont les premières pommes à mûrir, après que les pommes conservées pour l’hiver ont toutes été utilisées, et qu’elles se prêtent très bien à la confection de desserts ?

La culture de ces légumes anciens et « oubliés » renforce la biodiversité du jardin, stimule la diversité des insectes et du sol. Ces espèces et variétés différentes vont apporter différents traits de résistance et d’adaptation à certaines maladies, ravageurs, à la sécheresse et bien d’autres facteurs de stress en relation avec notre crise globale.

Des racines “anciennes”, colorées et délicieuses

Ce sont entre-autre ces légumes oubliés que Maxime, de Hovelange, propose de venir cultiver (en partie) au Gaart-à-Vous dès la prochaine saison.

Maxime est avant tout un biologiste. Fasciné par l’aspect scientifique derrière différentes techniques comme les cultures associées et les rotations de cultures, travailler avec la biodiversité, la physiologie de la plante et son interaction avec d’autres plantes, les insectes et les organismes du sol afin de produire des ressources alimentaires 100% soutenables et bio… et contribuer de la sorte à répondre à la crise actuelle (destruction des habitats, extinctions des espèces, changement climatique, mort des forêts et des sols…).

Maxime veut mettre l’accent sur la biodiversité des plantes sauvages qui nous entourent et accompagnent nos cultures, mais aussi sur la biodiversité des plantes cultivées. Ce qu’on retrouve de nos jours dans les supermarchés n’est que quelques pourcents des variétés de fruits et légumes qu’on trouvait dans le temps sur nos marchés et dans nos jardins et vergers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *